Faut-il souscrire une assurance des accidents de la vie GAV ?

En France, en compte environ 11 millions d’accidents domestiques surviennent chaque année, dont 20 000 se soldent par un décès. Pourtant, nombreux sont les Français qui ne disposent pas encore d’une couverture suffisante pour faire face à ce genre d’incident. C’est pourquoi il est vivement conseillé de souscrire une assurance des accidents de la vie GAV pour bénéficier d’une protection optimale en cas d’accidents domestiques.

Pourquoi souscrire une assurance des accidents de la vie ?

À priori, il est à noter que les garanties accidents de la vie (GAV) sont des contrats d’assurance labellisés qui ont pour objectifs d’assurer une personne seule, ou un couple, ou une famille contre les accidents de la vie privée. L’intérêt de souscrire une assurance GAV réside bien évidemment dans le fait que l’assureur peut être parfaitement couvert et remboursé s’il est lui-même responsable de l’accident dont il est victime. Eh oui, les frais d’hospitalisation seront remboursés par la Sécurité sociale et la complémentaire santé. Les compagnies d’assurances ont mis en œuvre ces contrats d’assurance labellisés pour combler l’absence de protection des personnes en cas d’accident dont il est difficile de poursuivre un responsable. La GAV impose donc un certain nombre de garanties minimales, dont la fixation d’un seuil d’indemnisation qui ne peut être inférieur à 1 million d’euros. D’autre part, si jamais une tierce personne est responsable de l’accident, ce sera directement son assurance responsabilité civile qui prendra le relai ou viendra compléter l’indemnisation.

Est-il vraiment nécessaire de souscrire une assurance des accidents de vie ?

Une assurance des accidents de vie GAV est vraiment indispensable, essentiellement pour les professionnels indépendants modestes et qui peuvent être très vulnérables en cas d’incapacité de travail. Elle couvre bien évidemment certains sinistres qui ne sont pas pris en compte par d’autres contrats d’assurance souscrits par l’assuré. Du coup, avant de signer le nouveau label GAV, l’assuré doit vérifier qu’il n’est pas déjà couvert par d’autres assurances afin d’éviter d’être couvert deux fois pour le même risque. Sachez que les contrats d’assurance ne se cumulent pas, mais sont complémentaires. Par ailleurs, pour les personnes retraitées, souscrire une assurance GAV n’est pas nécessaire sachant que les contrats GAV ne sont destinés qu’aux personnes de moins de 65 ans.

Qu’en est-il de l’indemnisation GAV ?

Avant de formuler une offre d’indemnisation, l’assureur doit d’abord établir dans le contrat un taux d’incapacité (IPP) à partir duquel la garantie prend effet. Ce taux correspond au degré des séquelles observées par un médecin expert et qui sera mesuré sur une échelle de 0 à 100%. En principe, les contrats socles proposent en général une indemnisation à partir d’un taux d’incapacité de 30%. Mais on peut aussi constater d’autres compagnies d’assurances qui proposent un contrat plus intéressant qui pourra se déclencher à partir de 5 ou 10% d’incapacité. Cependant, la prime d’assurance sera plus onéreuse.

Quels sont les garantis d’une mutuelle santé ?
Quelle est la bonne formule de l’assurance auto ?